loader image
LOGO 12

PRIX EKILIBRE
EDITION 2020

Interview :

Marion NICKUM, étudiante à l’Université de Lille SHS

Lauréate de la catégorie Master 1 / Bac + 4

Marion NICKUM degrade

1/ Qu’est-ce qui vous a motivé à vous inscrire au prix Ekilibre consacré aux RPS et à la QVT ?

« Je terminais l’écriture de mon mémoire lorsque j’ai reçu l’annonce du concours. J’ai d’abord trouvé ça génial qu’il existe un prix valorisant les travaux de recherche des étudiants. Ensuite, j’ai trouvé que les critères du concours étaient en accord avec ma recherche. Chercher ce qui permet de diminuer les RPS et de promouvoir une meilleure qualité de vie au travail correspondait totalement à la direction que j’ai voulu donner à mon mémoire. Enfin, j’avoue que j’étais fière de mon travail et que je voulais sincèrement partager mes idées et mes résultats sur le métier d’avocat. »

2/ Que retenez-vous de votre participation ainsi que des retours/conseils des membres du Jury ?

« En premier, je retiens de ma participation un soutien et une réelle écoute de la part des membres du cabinet Ekilibre.

L’exercice de la soutenance a été très intéressant à préparer et à réaliser, car très différent de ce qui est demandé pour une soutenance universitaire. La nécessité d’aller encore plus loin dans les implications pratiques m’a permis de connaître encore plus mon sujet.

Pour les retours des membres du jury, je retiens une grande bienveillance et un réel intérêt pour la qualité de vie au travail et pour les propositions d’interventions, applicables dans le quotidien des organisations. Leurs conseils ont été très enrichissants et vont évidement me servir dans l’écriture de ma future thèse, toujours sur le métier d’avocat. »

3/ Quels conseils donneriez-vous, à votre tour, aux étudiantes et étudiants qui participent à la deuxième Edition ?

« Donnez-vous un temps de pause, si possible, entre le rendu de votre mémoire et l’envoi au cabinet, pour ne pas vous énerver et stresser dessus. Vous pourrez alors vous replonger dans votre travail avant l’envoi, en étant serein, et corriger d’éventuelles fautes oubliées par exemple.

Demandez des conseils à votre directeur/directrice de mémoire, notamment pour vous entraîner avant la soutenance.

N’hésitez pas à contacter le cabinet à tout moment, ils sont à votre écoute tout au long du concours.

Et surtout : soyez fiers du travail que vous allez présenter ! »