loader image
LOGO court Ekilibre

PRIX EKILIBRE
EDITION 2020

Interview :

M. Martial COLIN, Directeur Commercial Europe chez Andros

Membre du jury des étudiants de 4e année

COLIN degrade

1/ Pourquoi avoir accepté ce rôle de juré de la première Edition du Prix Ekilibre consacrée à la mise en valeur de contributions d’étudiants sur la prévention des RPS et de l’amélioration de la QVT ?

Quand Jean-Christophe VILLETTE m’a parlé de cette initiative, j’ai tout de suite adhéré car deux sujets sont incontournables aujourd’hui dans les entreprises : le bien-être au travail et le respect de l’environnement.

C’est un plaisir d’avoir pu partager avec le cabinet EKILIBRE, les autres membres du jury, ces réflexions d’étudiants, qui sont les futures générations de salariés de demain, et qui seront donc pleinement concernés, soit en tant que professionnels dans ce domaine, soit en tant que salariés ou dirigeants, par ces questions sociales, sociétales, éthiques, et sanitaires.

2/ Qu’aimeriez-vous dire sur la façon dont ces sujets - de la prévention des RPS et de l’amélioration de la QVT - vivent dans vos fonctions/ votre organisation ?

Même avant cette période si particulière due au contexte sanitaire, le bien-être au travail dans son ensemble est une problématique qui doit être au cœur de la stratégie RH des entreprises.

Quelque soit son poste au sein de l’entreprise, les dirigeants ont tout intérêt à garder leurs salariés, qui représentent l’entreprise, véhiculent son image, amènent leur expertise acquise pendant des années d’expérience.

Dans les fonctions commerciales c’est peut-être encore plus vrai car nos clients sont attachés, certes à nos produits, mais aussi à nos équipes. Changer de commercial signifie prendre un risque, et nous avons tous à cœur de garder les bons éléments. Ces derniers, s’ils sont aussi bons que l’on peut le penser, sont chassés, contactés, sollicités, et la seule négociation salariale ne suffit plus.

L’entreprise se doit de leur apporter épanouissement, équilibre personnel – professionnel, adhésion aux valeurs, partage de la culture d’entreprise, écoute et dialogue.

Les générations qui rentrent sur le marché du travail sont plus volatiles, plus opportunistes, plus à la recherche d’une vie en famille, équilibrée. L’entreprise n’a d’autre choix que de s’adapter si elle veut attirer.

3/ Qu’avez-vous envie de retenir de ce qui a été présenté par les finalistes ?

Les sujets traités ont été cohérents et en phase avec le thème général. Le niveau de préparation est remarquable, quelque soit la prestation finale. Le respect du timing en est le parfait exemple.

Je différencierai deux éléments :

  • Sur le fond : étudiants concernés, convaincus, abordant des sujets profondément sensibles et d’actualité
  • Sur la forme : aucune faute de frappe (ce qui est bon à souligner) mais de vraies différences de niveaux ou de style de présentation.

A savoir que l’exercice n’est pas facile. Stress, présentation à distance, jury de professionnels, appréhension des Q/R, etc…

4/ Quels conseils pourriez-vous donner aux étudiants qui participeront à la prochaine édition ?

Détachez vous de vos supports, ne lisez pas, utilisez votre présentation comme une force car trop d’informations peuvent perdre votre auditoire (une image, une idée clé, un chiffre).

Parlez avec votre cœur, soyez convaincus : 70% des messages passés et des émotions viennent du non verbal (regard, intonation, sourire). Sur les 30% restants, il faut être direct, précis, clair.

Utilisez les silences comme des armes.

Entraînez-vous à voix haute chez vous ou devant un ami.

Peut-être pouvez vous utiliser des témoignages de professionnels dans votre présentation (ex : avoir le retour d’un avocat pour le thème 1, d’une DRH, d’un psychologue, etc…)

Osez !!